Sibir

C’est tout un continent, écrasé par les vents
Un chaudron étamé de cèdres silencieux
Un chaman furieux

J’y vis le bleu de Klein
Buvant dans les étoiles
Du thé, du sel, un lac tout de miel

Où grommelle Raspoutine
Et sommeille Corto
Où j’aurais mon usine,
Mon usine à gros mots


Celui-là c’est moi qui l’ai écrit 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s