De l’espace et des rêves

On étrangle ses rêves
Des machines
Des prisons
Des cellules numériques
L’aventure, c’est wifi
L’aventure, c’est fini

On écrabouille ses flammes
Ascenseurs et chauffage
Ignorances grosses de peurs

Elle est perdue, la steppe
L’inconnu
Le magique

On est dans les écrans
Les fils, les écouteurs
Caméras, trop d’images
Plus d’odeurs, plus de vents

Mais, désolés, nos rêves
Ont des fils et des frères
Qui bouillonnent et éclosent

Et même nos vieux rêves
Immortels, en béton
Ne font que sommeiller
Ils soulèvent une paupière
S’étirent et puis regardent
Amers et fatigués,

Nos défaites et nos flemmes

Ils regardent fascinés

Immobiles et pensifs
Une pluie sur un lac
Tout est gris, tout est eau

Publicités

8 réflexions sur “De l’espace et des rêves

  1. oui, ( fi, excellent), c’est beau mais morose. Enfin, d’un coup j’ai eu envie d’en parler, voire d’en voir. Sur le Baïkal et le Lac Léman. Des lacs sertis de montagnes.
    J’ai aussi employé cette expression pour évoquer le début et la fin. De l’eau nous venons, en eau finirons. Enfin, c’est ma petite eau pignon !!! Amitiés, Archi.

    • oui si je me souviens bien c’est ton coin. J’y ai été 3 fois au Lac, 2 à Genève, que j’aime pas trop (sauf le parc avec des échecs grandeur nature) et une à Lausanne, qui m’a bien plu. J’étais à l’université et j’en ai profité pour visiter le super musée de géologie et j’ai découvert une librairie de musique GENIALE ! la bise

  2. Archibalt dit :

    En fait j’habitais près de Genève, à la frontière, et je me promenais souvent dans les parcs et au bord du lac. Mon parc préféré se trouvait en face du lac, le « parc des eaux vives » , côté port (ou côté jet d’eau si tu veux). Celui que tu décris, le parc des Bastions, avec l’échiquier géant, m’a souvent vu assis dans un coin discret, à lire un livre par les belles journées d’été. Ce sont des moments que j’appréciais beaucoup pour la tranquillité et la beauté du cadre. J’en suis bien loin aujourd’hui, installé dans les landes austères (envie de changer de vie).

    • Merci de préciser le nom de ce parc aux échecs, que j’ai vraiment trouvé très agréable. Passer de Genève aux landes, sacré changement ! Y a-t-il des bruyères ? Et Corto Maltese apparaissant dans les brumes ? 🙂

  3. Archibalt dit :

    de la bruyère je n’en vois pas beaucoup, et Corto Maltèse pourrait bien apparaître dans la brume, je ne risque pas de le croiser, j’ai ce type de temps en horreur (brrr !). De Genève aux Landes, oui, ça crée du changement ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s