La télé est à nous ?

Allez, je me lance sur un sujet que je maîtrise très mal. La télé. C’est simple, ça fait dans les 30 ans que je ne la regarde que deux fois par an. Avec internet, de temps en temps, je regarde un petit reportage sur Arte ou une vieille émission sur le site de l’INA. En ce moment, Arte a fait une excellente série de reportages sur l’Afrique à l’occasion des 50 ans d’indépendance, elle est encore en ligne…

Dans mon univers, le petit écran (maintenant ils sont grands !) est donc une bête rare. Pour les employés d’Orange qui m’ont fourgué obligatoirement un abonnement télé numérique, c’est inconcevable. J’ai beau leur dire, je n’en veux pas, ils passent leur temps à me demander si j’en suis contente, si ça marche, si je veux m’abonner à je ne sais quel canal…Et bientôt, je sens que vais devoir raquer la taxe audiovisuelle, puisque le passage en numérique fera que tout le monde sera censé la regarder, cette fichue télé. Bon, je paierai pour la radio, ce sera pas volé.

Quand j’étais moins haute qu’une pomme, on regardait un peu la télé. C’était un cérémonial, sur le lit des parents. Genre une heure par semaine. Il y avait Colargol, Papotin (mon héros !), Aglaë et Sidonie, Fifi brin d’acier. Ensuite, j’ai vu L’île mystérieuse, adaptation de Jules Vernes. Ca foutait la trouille. Et aussi Michel Strogoff, du même Julot. C’est peut-être de là que m’est venu mon amour de la steppe.
Anna et le Roi. Vraiment comique, avec l’excellent Yul Brynner. Je ne captais rien de l’enjeu impérialiste. Pour l’avoir re-regardé partiellement récemment, je me suis rendue compte à quel point cette série militait – si ce n’est pour le Commonwealth – du moins pour une bonne entente entre l’Inde  et la Grande Bretagne. Que découvrirais-je aujourd’hui si je re-regardais Les mystères de l’Ouest, Les dossiers de l’écran et Aujourd’hui Madame ? Une fois ma mère y est passé pour y parler de féminisme. Vous pensez si j’étais fière ! Il y avait aussi, Le Petit Rapporteur, la seule émission que l’on regardait en famille.
En gros, c’est à ceci que se limite ma culture télévisuelle infantile.  Je me souviens aussi vaguement de Vidocq, Arsène Lupin, Les brigades du tigre, le jeune Fabre, Le passe-muraille, Les envahisseurs. Cette liste me semble déjà assez riche. Et bien, non, c’est lamentable. Je n’ai rien vu, si je m’en réfère à la liste publiée sur un site spécialisé sur la télé des années 70. Pour les nostalgiques, je recommande.

C’est qu’un jour, je devais avoir six ans, j’ai voulu déplacer la télé et j’ai poussé la lucarne, mais pas la tablette à roulette – en formica bien sûr  – où elle était posée. Les roulettes se sont coincé dans le fil, la télé est tombé. Elle est totalement cassée : je file me cacher sous mon lit. J’entends mon père monter les escaliers, il entre dans ma chambre, je m’enfonce vers le mur et…il me félicite ! Depuis ce temps là, la télé et moi, on a, comme qui dirait, divorcé. Je devrais en parler au psy ! Enfin, un peu plus tard, quand ma mère a été très malade, on l’a re-eu un peu, mais j’avais déjà bien décroché. Seules quatre émissions retenaient mon attention : La Dernière Séance, Le Cinéma de Minuit, Apostrophes et Droit de réponse.

Au Cinéma de minuit, l’animateur, Mr Patrick Brion, était un savant, sa façon de parler,  sa voix hachée et posée, était risible et fascinante. Réécouter sa voix. Il faisait des bons choix. J’y ai découvert de grands westerns. Et M. le Maudit, jamais, jamais oublié. Droit de réponse avec Polack : quelle liberté, quelle énergie ! et toutes ces engueulades enfumées. C’est enterré. A tout jamais. Apotrophes, sans mentir, je rêvais d’y passer ! Et la dernière séance, Eddy Mitchell, si sympathique, avec ses pop-corns et ses nanas, fringués à l’américaine des années 50.

A cette époque, mes parents étaient membres d’une association qui s’appelait La télé est à nous. A mon avis, cela n’a rien donné ! On a privatisé, toujours privatisé et gavé les gens de jeux, de séries de plus en plus débiles. Alors que la télé pourrait être un vecteur formidable de culture, ben c’est un assommoir.  Il y a beaucoup de gens chez laquelle elle est allumée en permanence. Plus de quatre heures par jour en moyenne, ça fout les jetons, non ?

En fait, j’ai surtout suivi l’actualité de la télévision durant mes nombreux voyages. Très peu de chambres d’hôtel sont dépourvues de la télé (tandis que les radios disparaissent à mon grand dam). Aussi, j’ai découvert Un gars et une fille dans un centre culturel français à Nijni-Novgorod. Ils s’en servaient pour apprendre la langue quotidienne aux jeunes ados francophiles du quartier. C’était osé !

Mais je m’y intéresse quand même à ce fichu écran. Parfois, j’ai l’impression d’être un peu crétine, de manquer de culture. Mais en fait, on s’en sort. La multiplicité des chaînes permet de noyer le poisson. Je connais pas les stars, je connais pas les pubs, presque pas les séries. Et alors, et alors ?

Et ce qui me plait aussi, c’est de prendre connaissance des dérives.  Comme cette fameuse émission qui défraye la chronique. Le jeu où on balance l’électricité dans le peau d’un cobaye, humain. Ce truc de folie _qu’on est capable d’électrocuter son prochain si on nous le demande – est connu depuis les années 70 dans les milieux académiques, mais comme c’est sur la télé, maintenant on le sait. Certes cette émission est à double tranchant mais ça fait réfléchir.
Hier, j’ai été obligée de me taper les infos pour le boulot. Atterrant. Reportage sur Martine Aubry, à laquelle les journalistes ne cessent de poser une question à laquelle elle n’a pas envie de répondre (ses relations avec Ségolène Royale) et ça dure dans les 3 minutes…Aucune info, aucun fond.

Donc, ce qui se regarde je le dégote sur internet  et aussi à mon excellente bibliothèque municipale. Ils ont un catalogue de films et de documentaires hallucinant ! Ah c’est pas la télé ?! Non, elle n’est pas à nous.

Publicités

9 réflexions sur “La télé est à nous ?

  1. Archibalt dit :

    (ton solennel): ma chère, nous avons la même culture télévisuelle ; Les mystères de l’ouest, Colargol et Cie, Aglae et Sidonie (qui m’émouvait à chaque fois je ne sais pourquoi, à quatre ou cinq ans qu’y projette-t-on ?), L’Ile mystérieuse je l’ai suivi avec passion, le désir d’évasion pointant déjà son nez dans mon esprit ; Anna et le Roi, ah, quel feuilleton ! Toute ma famille suivait les aventures du ténébreux Yul Brynner que nous avions surnommé « tête chauve ». Les dossiers de l’écran, le Petit rapporteur de Jacques Martin, bien sûr, nous regardions tout cela en famille. Aujourd’hui tout tourne autour de l’argent, l’audience, la rentabilité, toutes ces bêtises qui font que je ne regarde plus qu’Arte presqu’exclusivement). Même le journal télévisé est devenu un business ! Je préfère écouter les nouvelles à la radio de temps en temps quand ça me chante.
    Dis donc, tes parents étaient plutôt cool, non. Te féliciter pour avoir cassé la télé !

    • Nous devons donc avoir à peu près le même âge et la même tournure d’esprit ! Et cool, mes parents ? Ma mère oui, mais mon père, non ! Il était assez sévère, mais finalement, c’était pour notre bien. Il nous a appris – entre autres – la rigueur et l’amour des efforts. C’est pas rien !

  2. Archibalt dit :

    pour ce qui est de l’âge, à quelques années près, oui, je suppose ; pour moi, c’est l’âge du Christ plus treize. donc, si j »en juge d’après tes photos, j’ai du voir le soleil avant toi, et na ! (pied de nez). Au fait as-tu changé d’adresse mail ou c’est la même ?
    A bientôt. bises.

  3. Archibalt dit :

    ce n’est pas une obligation Hélène. Sincèrement, tu viens si tu veux et quand tu veux. Je considère le blog comme un loisir, un passe-temps où il s’agit de se faire plaisir avant tout. Le reste importe peu. Enfin si ; l’amitié créée à travers cette vitrine de soi-même est assez encourageante, il faut le dire 🙂
    bises.

    • je ne le prends pas du tout comme une obligation, je t’assure, c’est juste que j’arrive pas à faire tout ce que je veux, et pourtant je ne perds pas de temps devant la télé ! bises, à bientôt

  4. Archibalt dit :

    ok, reçu cinq sur cinq 🙂 difficile pour beaucoup de gens d’avoir le temps de faire tout ce que l’on voudrait faire 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s