Poche-trons

Il est très méchant de dire de quelqu’un :  » c’est un alcoolique ». Et plus encore de chuchoter d’un ton qui se veut apitoyé : il est éthylique au dernier degré…
Ces termes ont une consonance scientifique, une précision brutale, tragique qui incite à les prendre au sérieux…

On qualifiera donc plutôt un individu porté sur la bouteille : d’ivrogne, de poivrot, de pochard, de picoleur, de biturin, de biturige (tribu belge, NDLR); on dira qu’il est du goulot (ou de la tétine), qu’il glougloute, qu’il a la dalle en pente, etc.
D’un homme ivre, on dira…que la rue n’est pas assez large pour lui, qu’il marche le vent debout…qu’il est dans les vignes, qu’il est cuivré, bien bronzé.
(et qu’est ce qu’on peut dire aussi ? il mesure le terrain, merci Joel)

Parlant des lendemains vaseux, on dira qu’il a la gueule de bois (ou, plus discrètement, la G.D.B)…qu’il est à l’eau de Vichy, qu’il voit voler des éléphants roses…mais on évitera toute allusion directe au délirium tremens.
On peut aussi faire livrer au domicile de l’intéressé 6 belles roses accompagnées d’un carton portant ses simples mots : « Comme ça, tu auras la douzaine ».
Un  matin, au bistro, j’ai entendu la conversation suivante :

Pochtron de gauche : Boire, c’est plus à la mode
Pochtron de droite : Ouais, t’as raison, faudrait éduquer des ivrognes…

Pour les définitions, voici ma source :

Dictionnaire des injures – Robert Edouard, en 10/18 .

On trouve aussi dans cet ouvrage de référence, les définitions (et surtout les usages) de avorton, boudin,cloporte, débris, entôler, félon, goujon, jobard, macaque, névropathe etc.

Et si vous voulez en savoir plus, il ne vous reste plus qu’à l’acheter, bande de cétacés !